EXALAB Biologie médicale

Laboratoires de biologie médicale a Bordeaux et en Gironde

Exalab Laboratoires > Patients > Analyses > Antithrombine

Antithrombine


Source : www.labtestsonline.fr

Les tests mesurent la fonction et la quantité d'antithrombine. L'antithrombine est une protéine produite par le foie et qui participe au contrôle de la coagulation du sang. Normalement, lorsqu'un vaisseau sanguin est lésé, l'organisme déclenche une série d’activation de facteurs de la coagulation, dans un processus appelé la cascade de coagulation, pour former un caillot sanguin et prévenir la perte de sang. L'antithrombine aide à réguler ce processus en inhibant l'action de plusieurs facteurs de coagulation activés, principalement la thrombine et le facteur Xa, ce qui permet de ralentir le processus et d’empêcher une coagulation excessive ou inappropriée.
Les patients présentant un déficit en antithrombine hérité ou acquis sont à risque accru de thrombose veineuse. Les déficits héréditaires sont rares (environ 1 sur 5000 patients). Si une personne a un gène défectueux et un gène normal (hétérozygote), alors les épisodes de coagulation inappropriée commencent généralement vers l’âge de 20 à 30 ans. Très rarement, une personne a deux gènes défectueux de l’antithrombine, ce qui entraîne de graves problèmes thrombotiques peu après la naissance. Les déficits acquis en antithrombine peuvent survenir à tout âge. Ils sont associés à une variété de situations, comprenant les maladies du foie, la thrombose extensive, la coagulation intra-vasculaire disséminée (CIVD), la perte de sang, le cancer et le syndr néphrotique - une maladie rénale.
Il existe deux types de déficit en antithrombine. Dans le type 1, l'antithrombine produite est normale, mais la quantité produite est insuffisante. Dans le type 2, il y a une quantité suffisante d’antithrombine produite, mais qui ne fonctionne pas normalement. Ces deux types peuvent être détectés, différenciés, et évalués en utilisant deux tests différents qui sont:
• la mesure de l’activité de l'antithrombine, qui évalue la fonction de l'antithrombine chez un patient.
• la mesure de l’antigène de l'antithrombine, qui mesure la quantité d'antithrombine présente.

But de l'examen 


Cet examen permet d'aider à enquêter sur les causes de coagulation sanguine récurrente ou inappropriée; pour aider à diagnostiquer une carence en antithrombine.
De préférence, un à deux mois après un épisode thrombotique et en l’absence de traitement anticoagulant. Parfois ce test peut être prescrit si vous ne répondez pas comme attendu à un traitement anticoagulant par héparine.
 

Prélèvement  


Un échantillon de sang veineux est obtenu en insérant une aiguille le plus fréquemment au pli du coude.
 

Prescription  

La mesure de l’antithrombine est principalement prescrite, en même temps que d'autres tests en rapport avec les troubles d'hypercoagulabilité, afin d'enquêter pour déterminer la cause de récidive de thrombose veineuse. Le test d'activité antithrombine est effectué avant la mesure de l'antigène, afin d'évaluer si la quantité totale de l'antithrombine fonctionnelle présente est normale. L'activité sera diminuée à la fois dans les déficits de type 1 et de type 2, et ce test peut donc être utilisé comme test de dépistage initial pour les deux types de déficit. Si l'activité de l'antithrombine est faible, alors le test de l'antigène antithrombine est effectué pour déterminer la quantité d'antithrombine présente. Si un déficit est détecté, les deux tests d’antithrombine sont répétés à une date ultérieure pour confirmer les résultats. La mesure de l’antithrombine peut être prescrite pour des patients qui ne répondent pas comme prévu à l'héparine.
La mesure de l'activité antithrombine est prescrite, ainsi que d'autres tests en rapport avec les troubles d'hypercoagulabilité (tels que la protéine C, la protéine S et le lupus anticoagulant), quand un patient a présenté une récidive de thrombose veineuse ou chez un sujet jeune présentant un épisode de thrombose veineuse inexpliqué.
La mesure de l’antithrombine peut être prescrite chez les parents proches d'une personne ayant un faible taux d'antithrombine afin de savoir si elles présentent le même problème.
La mesure de l’antithrombine peut être prescrite lorsqu'un patient ne répond pas comme prévu à l’anticoagulation par l'héparine - lorsque des doses anormalement élevées d'héparine sont nécessaires pour atteindre le niveau désiré d'anticoagulation.
 
 

Interprétation du résultat 

Une diminution simultanée de l’activité et de l’antigène de l’antithrombine suggère la présence d’un déficit de type 1 en antithrombine (déficit quantitatif). Dans ce cas, l'activité est diminuée parce qu'il y a moins d’antithrombine disponible pour participer à la régulation de la coagulation. Une réduction de l'activité en antithrombine et un niveau normal de l’antigène suggère la présence d’un déficit en antithrombine de type 2 (déficit qualitatif). Cela signifie qu'il y a suffisamment d'antithrombine, mais qu’elle ne fonctionne pas normalement. Si l'activité de l'antithrombine est normale, alors la mesure de l'antigène antithrombine n’est généralement pas prescrite. Dans ce cas, l'antithrombine fonctionne bien et les épisodes thrombotiques récurrents qui font l’objet de l’investigation sont probablement dus à une autre cause.
Une augmentation des niveaux d'antithrombine n’est généralement pas considérée comme un problème. Elle peut être observée dans les circonstances suivantes:
• L'hépatite aiguë/cholestase
• La greffe de rein
• La carence en vitamine K
• Parfois lors de l’utilisation d’un traitement anticoagulant par la warfarine (Coumadine).
Il n’est pas recommandé de tester l’activité de l’antithrombine chez un patient dont l’état clinique n’est pas stable. En effet, une diminution temporaire ou prolongée des niveaux d’antithrombine peuvent être observées dans des situations qui influent sur sa consommation ou sa production, telles que:
• La CIVD (coagulation intra-vasculaire disséminée), une affection aiguë ou chronique caractérisée par la consommation de facteurs de coagulation. Un patient atteint de CIVD peut saigner et/ou thromboser.
• La TVP (thrombose veineuse profonde – correspondant à la présence d’un caillot sanguin dans une veine, le plus souvent profonde, de la jambe).
• Une embolie pulmonaire (un caillot qui se loge dans les poumons après s’être déplacé dans la circulation sanguine à partir d’une autre partie du corps)
• Une maladie du foie
• Un syndrome néphrotique
• Les situations pathologiques avec perte de protéines
• Les nouveau-nés au cours des premiers jours de la vie
• Un traitement par oestrogènes
 
 

Compléments d’information

Si un patient ayant un déficit en antithrombine présente aussi d'autres risques de thrombose, comme une carence en protéine C ou S, un facteur V Leiden, ou l’utilisation de contraceptifs oraux, il peut être à risque significativement élevé de développer un caillot sanguin.
Un déficit en antithrombine peut augmenter le risque de fausses couches à répétition.
Les patients présentant un déficit en antithrombine peuvent avoir besoin d’un traitement anticoagulant préventif avant une intervention médicale ou chirurgicale.
Les concentrés d’antithrombine peuvent être utilisés temporairement pour corriger les déficits aigus ou chroniques en antithrombine.
 

Questions fréquentes


Comment puis-je déterminer mon risque de développer un caillot sanguin?

Si vous avez des antécédents personnels ou familiaux de thromboses récurrentes, votre médecin peut effectuer un examen clinique afin de déterminer votre état de santé général et prescrire une série d'examens biologiques afin de déterminer votre risque de présenter un trouble d'hypercoagulabilité. Plus vous avez de facteurs héréditaires ou acquis de risque (comme un facteur V Leiden ou une lmutation 20210 de la prothrombine, ou un déficit en protéine C ou S), plus votre risque relatif de faire une thrombose sera élevé. Ce risque peut être encore augmenté si vous êtes en surpoids, sédentaire, consommateur de tabac et/ ou prenant des contraceptifs oraux. Il est important de se rappeler, toutefois, que tout risque relatif global qui est déterminé est toujours un risque statistique. Personne ne peut prédire si un patient particulier développera vraiment des épisodes récurrents de thrombose.

 
Dois-je parler à mon dentiste ou à d’autres médecins de mon déficit en antithrombine?

Oui. C’est une information importante que vos professionnels de santé doivent connaître car elle influe sur la capacité de votre sang à coaguler correctement pendant et après un acte médical.
 
 

Vous êtes...

Patient
Préleveur
Prescripteur

Vos résultats d'analyse FAQ

Actualités

Votre laboratoire de LANGON déménage !

Fermeture exceptionnelle le lundi 10 aprés-midi : 
Votre laboratoire EXALAB de Langon déménage !
A partir du mardi 10 juillet 2017, votre laboratoire est transféré à l'adresse suivante :

74, cours du Général Leclerc
33210 Langon


Tel : 05 56 63 38 55

Horaires :
Du lundi au vendredi de 7h30 à 12h30 et de 14h00 à 18h30
Le samedi de 7h30 à 12h00

Profitez de 20 places de parking 
En savoir +