EXALAB Biologie médicale

Laboratoires de biologie médicale a Bordeaux et en Gironde

Exalab Laboratoires > Patients > Analyses > Cotinine (nicotine)

Cotinine (nicotine)


Source : www.labtestsonline.fr

La nicotine est un alcaloïde présent dans la plante, et notamment en forte concentration dans les feuilles de tabac. La nicotine pénètre dans l’organisme en étant inhalée à chaque bouffée de fumée ou bien elle provient de l’usage de gommes à la nicotine.
La nicotine est métabolisée au niveau du foie en une vingtaine de métabolites qui sont éliminés dans l’urine. L’usage de tabac ou l’exposition à la fumée augmente la concentration de nicotine dans l’organisme ainsi que celle de la cotinine, son métabolite primaire. La concentration de nicotine et de cotinine augmente aussi lors de l’utilisation des produits de substitution nicotinique, tels que les timbres et les gommes. La nicotine est toxique à forte concentration.
La cotinine est le marqueur de choix pour évaluer l’exposition active ou environnementale à la fumée de tabac. Ce composé est produit uniquement quand la nicotine est métabolisée et la cotinine s’élimine plus lentement que la nicotine. La demi-vie de la cotinine est généralement comprise entre 7 et 40 heures tandis que celle de la nicotine est de l’ordre de 1 à 4 heures. La recherche de la cotinine peut être prescrite dans l’urine ou la salive, éventuellement dans le sang. Dans certains cas particuliers, notamment en recherche clinique, on peut vouloir mettre en évidence d’autres métabolites de la nicotine, notamment la trans-3’-hydroxycotinine ou le 1’-N-oxyde de nicotine, ou d’autres alcaloïdes du tabac, comme l’anabasine.

 

But de l'examen 


Pour détecter la présence et/ou mesurer la concentration de nicotine ou de cotinine, son métabolite primaire, dans l’urine, la salive, le sang ou éventuellement dans les cheveux. Permet de savoir si une personne fume ou se trouve exposée à la fumée de tabac.
Parfois, cette analyse peut être réalisée pour diagnostiquer une intoxication aiguë à la nicotine.
L'examen est nécessaire chaque fois qu’il faut avoir confirmation qu’une personne fume ou est exposée à la fumée de tabac, ou parfois lorsque l’on suspecte une intoxication aiguë à la nicotine.

Prélèvement  


Un échantillon d’urine ou de salive, parfois un échantillon de sang veineux, rarement un échantillon de cheveux.
 

Prescription  

Le dosage de la nicotine mais surtout celui de son métabolite primaire, la cotinine, est le plus souvent utilisé pour évaluer l’imprégnation tabagique. Le tabagisme est un facteur de risque pour de nombreuses maladies (cancer du poumon, broncho-pneumopathie obstructive, attaque cérébrale, maladie cardiovasculaire, infections pulmonaires) et conduit à exacerber l’asthme ou à favoriser la thrombose.
Chez la femme enceinte, le tabagisme retarde la croissance fœtale, ce qui entraîne un plus faible poids de naissance.

Parce que l’usage du tabac peut influer négativement sur la santé des individus, les compagnies d’assurance demandent parfois à leurs clients de faire un test de dépistage du tabagisme actif.

La recherche de la nicotine et/ou de la cotinine peut faire l’objet d’un test qualitatif ou quantitatif. Une mesure quantitative peut aider à faire la distinction entre les fumeurs actifs ou en phase de sevrage, les non-fumeurs soumis au tabagisme environnemental (tabagisme passif) et les non-fumeurs non-exposés à la fumée.

La cotinine peut être mesurée dans la salive ou dans les cheveux. La recherche de cotinine dans les cheveux se conçoit surtout dans le cadre d’études cliniques, notamment chez des non-fumeurs exposés à la fumée.

Le dosage de la nicotine dans le sang ou l’urine peut être prescrit seul si un médecin suspecte qu’un sujet présente une intoxication aiguë.

Quand un patient déclare utiliser un traitement substitutif nicotinique et ne plus fumer, la recherche de nicotine, de cotinine et d’anabasine peut être prescrite. L’anabasine est présente dans le tabac mais absente des produits de substitution. Si un échantillon est positif pour l’anabasine, cela signifie que la personne fume encore.
Le dosage de la cotinine et/ou de la nicotine peut être prescrit s’il est nécessaire de connaître le statut par rapport au tabac (exposition active ou passive). Si un sujet fumeur se présente à une consultation de sevrage, le dosage de la cotinine peut être demandé pour vérifier l’observance du traitement qui est prescrit.
Un dépistage dans l’urine ou dans la salive peut également être demandé avant la signature d’un contrat d’assurance.
Comme le tabagisme augmente le risque de complications médicales, la recherche de cotinine peut être demandée préalablement à un traitement médical ou à un acte chirurgical.

La cotinine et la nicotine sont parfois dosées quand un patient présente des symptômes qui font suspecter une intoxication aiguë à la nicotine. Les symptômes sont les suivants:
- nausées, vomissements
-    soif
-    salivation profuse
-    faiblesse
Une intoxication très grave peut entraîner:
-    une augmentation de la pression artérielle et/ou une accélération du rythme cardiaque, qui ensuite chute brutalement
-    de la difficulté à respirer ou un ralentissement de la respiration
-    des convulsions
-    un état comateux

La recherche dans les cheveux est rarement faite dans un contexte clinique mais sert plutôt à évaluer l’imprégnation tabagique sur le long terme.
  
 

Interprétation du résultat 

La concentration sanguine de nicotine augmente en quelques secondes après une bouffée de cigarette. La quantité dépend de la quantité de nicotine contenue dans la cigarette et de la manière dont la personne fume, c'est-à-dire de l’intensité de l’inhalation. Les concentrations observées changent en fonction du milieu biologique. Les concentrations seront plus fortes dans l’urine que dans la salive ou le sang. Il existe de plus une variabilité inter-individuelle et le métabolisme de la nicotine est sujet à variation selon la race ou l’ethnie. La cotinine peut être éliminée plus ou moins rapidement de l’organisme. Quand un sujet arrête de fumer ou cesse un traitement substitutif nicotinique, il peut s’écouler plus de deux semaines avant que la concentration sanguine redescende au niveau d’un non-fumeur et plusieurs semaines avant que la concentration urinaire revienne à une concentration très basse.

En général, les concentrations élevées de cotinine ou de nicotine indiquent un tabagisme actif ou un traitement substitutif nicotinique. Des concentrations plus faibles sont retrouvées à l’arrêt du tabagisme ou de la substitution. Des concentrations très basses ou légèrement supérieures à la limite de détection des méthodes de dosage peuvent être retrouvées chez les non-fumeurs parce qu’ils sont exposés au tabagisme environnemental ou chez les fumeurs abstinents depuis plusieurs semaines.

Chez les patients pour lesquels l’intoxication aiguë est évidente, il est inutile de faire la recherche de cotinine ou de nicotine. Les concentrations seront élevées et ne correspondent pas obligatoirement à la sévérité des symptômes présentés par la personne.
 

Compléments d’information

 
Certains pesticides contiennent des concentrations élevées de nicotine, ce qui représente une source potentielle d’empoisonnement. La constitution génétique propre d’une personne a une influence sur la manière dont est métabolisée la nicotine. La variabilité des gènes codant l’enzyme hépatique appelée cytochrome P450 2A6 affecte la vitesse du métabolisme de la nicotine (pour plus de détails, consulter la rubrique Pharmacogénomique dans l'onglet"mieux comprendre vos examens de laboratoire).
 

Questions fréquentes

Existe-t-il du tabac exempt de nicotine ?

Non, tous les tabacs contiennent de la nicotine. Ceci inclut le tabac pour la pipe, les cigares, le tabac à chiquer ou à priser (snuff, snus, etc…). Si vous utilisez l’un de ces produits, la nicotine pourra être détectée dans votre organisme.


Puis-je me trouver dans l’obligation de faire cette analyse ?

Comme la consommation de tabac est légale pour les adultes, cela ne peut normalement pas se produire.
Toutefois, comme les fumeurs occasionnent de plus fortes dépenses de santé et ont un risque accru de développer diverses pathologies, les compagnies d’assurance peuvent parfois exiger une analyse en préalable à la signature d’un contrat d’assurance.


Où puis-je obtenir des informations pour arrêter de fumer ?

Les organismes nationaux et les instances gouvernementales mettent à disposition des renseignements sur leur site internet et éditent des plaquettes d’information.


Quels sont les produits de substitution disponibles ?

Diverses formes galéniques (timbre, gommes ou pastilles) pour un traitement substitutif nicotinique sont en vente libre en pharmacie. Certains produits peuvent faire l’objet d’une prescription médicale, les timbres, les sprays et les inhaleurs à la nicotine. Il est très important de bien suivre les recommandations pour leur utilisation et il faut les garder à distance des enfants. Il est préférable que ces produits soient utilisés dans le cadre d’une prise en charge médicale. Parlez en à votre médecin généraliste qui pourra vous conseiller utilement.
 

Vous êtes...

Patient
Préleveur
Prescripteur

Vos résultats d'analyse FAQ

Actualités

Un symposium EXALAB dédié au diabète

Le 9 novembre dernier, le Palais de la Bourse a acceuilli le symposium EXALAB dédié au diabète type 2, animé d'une conférence du Professeur Vincent RIGALLEAU

Gros succés pour ce symposium qui a réuni 150 personnes très intéréssées !! De riches échanges ont ponctué l'évènement !














En savoir +