EXALAB Biologie médicale

Laboratoires de biologie médicale a Bordeaux et en Gironde

Exalab Laboratoires > Patients > Analyses > Lipase

Lipase


Source : www.labtestsonline.fr

Cet examen consiste à mesurer la concentration de lipase dans le sang. Le pancréas produit diverses enzymes pour aider à digérer les graisses, les protéines et les hydrates de carbone (glucides). La lipase pancréatique intervient dans la digestion des graisses et plus particulièrement elle casse (en terme scientifique on parle d’hydrolyse) les esters de glycérol (les triglycérides) contenus dans le duodénum. Cette hydrolyse permet de libérer des acides gras libres qui pourront être absorbés par l’intestin afin d’être utilisés par l’organisme.
La lipase produite par le pancréas passe dans le duodénum via le canal pancréatique. 
Elle est habituellement présente en petites quantités dans le sang. Quand les cellules pancréatiques sont lésées (par exemple lors d’une pancréatite) ou si le canal pancréatique est obstrué (par exemple par un calcul ou plus rarement par une tumeur), des quantités plus importantes de lipase peuvent diffuser vers la circulation sanguine, ce qui augmente la concentration de lipase dans le sang.
 

But de l'examen 


Cet examen permet de diagnostiquer ou suivre l’évolution d’une pancréatite ou d'une autre maladie pancréatique.
Cet examen est nécessaire lorsque vous présentez des symptômes de souffrance pancréatique tels que douleurs abdominales intenses, fièvre, perte d’appétit, ou nausées.
 

Prélèvement  

L'échantillon sanguin est prélevé par ponction veineuse au pli du coude.
 

Prescription  

La lipase sanguine est un examen qui est prescrit, soit seul, soit accompagné de l’amylase pour aider à diagnostiquer ou à suivre l’évolution d’une pancréatite (inflammation du pancréas) aiguë ou chronique ou d’une autre maladie pancréatique ou d'une maladie qui retentit sur le pancréas. Ces maladies incluent, par exemple, la mucoviscidose, la maladie coeliaque, la maladie de Crohn, les cancers pancréatiques, les calculs biliaires ou pancréatiques. Le dosage de la lipase est plus sensible et plus spécifique que le dosage de l’amylase car l’amylase est secrétée par le pancréas et les glandes salivaires tandis que la lipase n'est secrétée que par le pancréas.
Un dosage de lipase peut être prescrit si vous présentez des symptômes de souffrance pancréatique tels que douleurs abdominales intenses, fièvre, perte d’appétit, ou nausées. Cet examen sanguin permet au médecin de diagnostiquer, de suivre l’évolution ou d’évaluer l’efficacité d’un traitement en mesurant si la lipase augmente ou diminue avec le temps.
 

Interprétation du résultat 


En cas de pancréatite aiguë, la concentration de lipase sanguine augmente souvent de 4 à 10 fois plus que la valeur de référence haute (parfois appelée limite haute de normalité). Cette augmentation survient 4 à 8 heures après la souffrance pancréatique aiguë, avec un pic dans les 24 à 48 heures qui suivent. Quand cette souffrance disparaît, à la suite d’un traitement adéquat, la lipase sanguine revient à la normale en 5 à 15 jours.
La lipasémie augmente dans diverses autres situations: les pancréatites chroniques, les lithiases pancréatiques (obstruction du canal pancréatique), en présence d’un kyste du pancréas, d’un cancer pancréatique, d’ulcère perforé dans le pancréas, de cholécystite (affections des voies biliaires), d’éthylisme chronique (avec ou sans pancréatite chronique), de divers autres syndromes douloureux abdominaux (occlusions du grêle, infarctus mésentérique, péritonites, maladie ce Crohn ou autres colites ulcératives, etc), de complications de la chirurgie ou de l’endoscopie abdominale. La lipase sanguine peut augmenter aussi lors d’administration de médicaments capables de provoquer un spasme du sphincter d’Oddi (par exemple les médicaments opaciés tels que la morphine ou la codéine ou les médicaments cholinergiques ou certains anesthésiques). Les patients HIV+ présentent plus souvent des pancréatites aiguës ou chroniques que les sujet sains, par divers mécanismes, notamment les traitements médicamenteux plus fréquents, les infections virales hépatiques plus fréquentes ou encore les infections à cryptosporidium plus fréquentes également.
Les valeurs de référence de la lipase varient selon les laboratoires car elles dépendent des techniques de mesure.
Une diminution de lipase peut indiquer un endommagement permanent des cellules pancréatiques qui produisent la lipase.
 

Compléments d’information 

En cas de pancréatite aiguë, l’élévation de la lipase est parallèle à l’augmentation de l’amylase, bien que la lipase s’élève en général plus lentement et demeure élevée plus longtemps.
Le dosage de la lipase est plus sensible et plus spécifique que le dosage de l’amylase qui est secrétée par le pancréas et les glandes salivaires tandis que la lipase ne provient pratiquement que du pancréas.
Les pancréatite chroniques sont souvent associées à l’alcoolisme. Elles peuvent aussi être dues à des traumatismes ou l’obstruction chronique du canal biliaire, par exemple lors de maladies héréditaires telles que la mucoviscidose (également appelée fibrose kystique du pancréas). La lipase sanguine augmente modérément au début d’une pathologie chronique mais souvent, à la longue, elle diminue progressivement avec la destruction progressive du pancréas. 
L’activité de la lipase est à peu près nulle dans l’urine. Son dosage dans ce milieu ne présente aucun intérêt.
 

Questions fréquentes

Quelles sont les conséquences à long terme d’une pancréatite ? 

Le pancréas produit diverses hormones parmi lesquelles l’insuline. Ceci explique qu’un diabète (insulinodépendant ou non) peut survenir après une pancréatite, avec une fréquence variable. Plus une partie importante du pancréas a été détruite, plus un diabète risque de survenir. Un diabète est observé dans 80 % des cas après 15 ans d'évolution d’une pancréatite chronique. En plus d’un risque de diabète, il y a un risque d’avoir des difficultés digestives, surtout pour digérer les graisses, avec présence de selles grasses, de douleurs abdominales et formation de calculs pancréatiques. Parfois la maladie peut progresser jusqu’à devenir mortelle.