EXALAB Biologie médicale

Laboratoires de biologie médicale a Bordeaux et en Gironde

Exalab Laboratoires > Patients > Analyses > PSA

PSA


Source : www.labtestsonline.fr

Cet examen mesure la quantité d'antigène spécifique de la prostate (PSA) dans le sang. Il a été développé comme un marqueur de tumeur pour dépister et suivre le cancer de la prostate. C'est un bon outil, mais pas il n'est pas parfait. Des concentrations élevées de PSA sont associées au cancer de la prostate, mais on peut également les voir dans la prostatite (l'inflammation de la prostate) et l'hyperplasie bénigne de la prostate. Des augmentations modérées des concentrations de PSA peuvent s'observer chez les sujets afro-américains. Les concentrations de PSA ont tendance à augmenter avec l'âge chez l'homme.
Le PSA est une protéine initialement produite par les cellules de la prostate, une petite glande qui entoure l'urètre chez l'homme et produit un liquide qui fait partie du sperme. La plupart du PSA que la prostate produit est libéré dans ce liquide, mais de petites quantités peuvent également se retrouver dans le torrent circulatoire sanguin. Le PSA existe dans le sang sous deux formes: libre(non lié) et complexé (lié à une protéine). Le plus souvent, le dosage mesure le PSA total, qui représente la somme de PSA libre et du cPSA (PSA complexée avec d'autres protéines de plasma). Quand un médecin prescrit un « dosage de PSA, » il se réfère au PSA total.
Des dosages de PSA libre et de cPSA peuvent également être prescrits de façon isolée. Les dosages ont été développés pour mieux différencier les augmentations de PSA liées au cancer de celles non liées au cancer. Les deux dosages reposent sur le principe que les patients présentant un cancer de la prostate ont fréquemment des rapports modifiés des deux formes de PSA: quantités diminuées de PSA libre et quantités augmentées de cPSA.
Le PSA ne permet pas le diagnostic du cancer de la prostate. La confirmation d'un cancer de la prostate est toujours la biopsie de prostate, qui permet la collecte de petits échantillons de tissu prostatique dans lesquels on identifie les cellules anormales sous le microscope. Le dosage du PSA total plus l'examen du toucher rectal (TR) sont réalisés afin de mieux déterminer la nécessité d'une biopsie de la prostate. Le but du dosage est de réduire au minimum les biopsies inutiles et de détecter un cancer de la prostate cliniquement significatif quand il est encore confiné à la prostate. Le terme"cliniquement significatif" est important parce que le cancer de la prostate devient relativement commun chez les hommes lorsqu'ils vieillissent; de nombreux formes ayant une croissance très lente. Les médecins doivent essayer, à la fois de détecter le cancer de la prostate et de différencier ceux qui auront une croissance lente de ceux qui se développeront de manière agressive et donneront des métastases (diffusion vers d'autres parties du corps). Le sur-diagnostic et le sur-traitement sont des possibilités auxquelles les médecins est confronté depuis quelques années. Dans certains cas, le traitement peut être pire que le cancer, avec le risque de provoquer des effets secondaires conséquents, tels que l'impuissance et l'incontinence. Le dosage de PSA et le TR peuvent détecter la plupart des cas de cancer de la prostate, mais ils ne peuvent pas, généralement prévoir le cours de la maladie d'un patient.

But de l'examen 

Cet examen permet de détecter un cancer de prostate chez les hommes symptomatiques et asymptomatiques; pour déterminer la nécessité d'effectuer une biopsie de la prostate; pour suivre l'efficacité d'un traitement du cancer de la prostate; pour déterminer la récidive d'un cancer de la prostate.
Il n'existe pas en France à l'heure actuelle de dépistage organisé du cancer de la prostate. La fréquence du dosage de PSA total reste une décision individuelle qui est envisagée lors d'une discussion avec votre médecin. Depuis 2003, l'AFU (Association Française d'Urologie) préconise un dépistage individuel pour les hommes de 50 à 75 ans par dosage du PSA total et toucher rectal annuel.
Le dosage du PSA peut être réalisé quand un homme présente des symptômes suggérant un cancer de la prostate tels que difficulté à uriner, douloureuse, et/ou fréquente. Il peut également être prescrit pendant et à intervalles réguliers après un traitement du cancer de prostate.
 

Prélèvement  

L'échantillon sanguin est obtenu par ponction veineuse au pli du coude. Il doit être prélevé avant que le médecin n'effectue un toucher rectal et avant (ou plusieurs semaines après) une biopsie de la prostate.
 

Prescription  

Le dosage du PSA total et le toucher rectal (TR) sont prescrits pour dépister un cancer de la prostate chez les hommes symptomatiques et asymptomatiques. Sachant que le TR peut entraîner une élévation temporaire du PSA, le sang est habituellement prélevé avant de le pratiquer. Si le PSA (ou le TR) est anormal, le médecin peut alors choisir de faire suivre cet examen d'une biopsie de prostate et peut-être aussi d'examens d'imagerie telle que l'échographie. Si le TR est normal mais le PSA modérément élevé, le médecin peut prescrire un dosage de PSA libre pour étudier le rapport libre/total. Ceci peut permettre de faire la distinction entre un cancer de la prostate et d'autres maladies non-cancéreuses avec PSA élevé. Comme le PSA total peut être élevé temporairement pour plusieurs raisons, le médecin peut prescrire un autre dosage de PSA quelques semaines après le premier pour déterminer si le PSA est encore élevé. 
Le cPSA est un examen relativement nouveau qui peut être prescrit avec le TR, comme alternative au PSA total. On peut espérer que cet examen soit plus spécifique (meilleur à détecter un cancer) que le PSA total . Toutefois, des résultats ont montré que son utilité en pratique clinique demande encore à être prouvée.
Si un cancer de prostate est diagnostiqué, le dosage du PSA total peut être employé comme outil de surveillance pour évaluer l'efficacité du traitement. Il peut également être prescrit à intervalles réguliers après traitement pour détecter une récidive du cancer.
Dans les cas où le cancer semble être de croissance lente et où le médecin et le patient décident de surveiller sa progression plutôt que d'entreprendre un traitement curatif  immédiat (on parle"de surveillance active"), les concentrations de PSA sont mesurées fréquemment pour surveiller l'évolution du PSA avec le temps.
 

Interprétation du résultat 


La valeur normale pour le PSA total est considérée comme inférieure à 4,0 ng/ml de sang. Certains estiment que cette concenration devrait être abaissée à 2,5 ng/ml afin de détecter plus de cas de cancer de la prostate. D'autres pensent que ceci conduirait à surdiagnostiquer et à surtraiter les cancers qui ne sont pas médicalement significatifs. 
Les patients présentant une concentration de PSA total supérieure à 10,0 ng/ml sont à risque accru de cancer de la prostate (dans plus de 67% des cas, selon l'ACS (American Cancer Society). Les concentrations entre 4,0 ng/ml et 10,0 ng/ml peuvent indiquer un cancer de la prostate (dans plus de 25% des cas, selon l'ACS), l'hyperplasie bégnine de la prostate, ou la prostatite. Ces pathologies sont plus courantes chez les personnes âgées, de même que l'augmentation des PSA. Des concentrations de PSA total comprises entre 4,0 ng/ml et 10,0 ng/ml, sont  souvent désignées sous le nom de « zone grise. » C'est dans cette zone que le PSA libre est le plus utile. Quand les patients situés dans la zone grise ont des concentrations de PSA libre diminués, ils ont une probabilité plus élevée de cancer de la prostate; quand ils ont des concentrations augmentées de PSA libre, le risque est diminué. Le rapport libre/total peut aider le médecin à décider si une biopsie de prostate doit être effectuée.
Quand le cPSA est employé comme outil de dépistage, des concentrations élevées peuvent indiquer un plus grand risque de cancer de la prostate, alors que les concentrations plus basses indiquent un risque diminué.
En plus de l'introduction des dosages de PSA libres et de cPSA, on a tenté d'améliorer le dosage du PSA total comme outil de dépistage. Bien qu'aucune de ces tentatives n'ait été encore validée, certains médecins les utilisent. Elles comprennent: 
- Vitesse de PSA. C'est le changement des concentrations de PSA avec le temps. Si le PSA continue à augmenter de manière significative avec le temps (après 3 années ou plus), il est alors plus probable qu'un cancer de la prostate soit présent. S'il s'élève rapidement, le patient peut avoir une forme plus agressive de cancer.. 
- Temps de doublement de PSA. C'est une autre version de la vitesse de PSA. Elle mesure avec quelle vitesse la concentration de PSA double. 
- Densité de PSA. C'est une comparaison de la concentration en PSA et du volume de la prostate (mesuré par ultrasons). Les patients avec de plus grande prostate tendent à produire plus de PSA, ainsi ce facteur est un ajustement pour compenser la taille.
- Valeurs de PSA en fonction de l'âge. Depuis longtemps on sait que le PSA augmente naturellement avec l'âge; il faut donc établir des intervalles de valeurs normales en fonction de l'âge. 
Au cours du traitement pour le cancer de la prostate, la concentration de PSA devrait commencer à baisser. À la fin du traitement, il devrait être à un niveau très bas ou indétectable dans le sang. Si les concentrations ne chutent pas à des niveaux très bas, c'est que le traitement n'a pas été entièrement efficace. Après traitement, le dosage de PSA est réalisé à intervalles réguliers pour surveiller la récidive de cancer. Puisque même les augmentations faibles peuvent être significatives, les patients doivent faire exécuter leurs dosages de surveillance de PSA par le même laboratoire de sorte que les variations de dosages soit minimes.
 

Compléments d’information 

La manipulation de prostate par biopsie ou la résection de la prostate élèvera de manière significative les concentrations de PSA. L'analyse de sang devrait être faite avant chirurgie ou six semaines après manipulation. 
Une activité physique vigoureuse affectant la prostate, telle que l'équitation ou la bicyclette, peut causer une élévation transitoire des concentrations de PSA. Egalement, les doses excessives de certaines drogues de chimiothérapie, telles que le cyclophosphamide et le methotrexate, peuvent augmenter ou diminuer les concentrations de PSA.
Chez certains hommes, la PSA peut augmenter temporairement en raison d'autres pathologies de la prostate, en particulier si infection. Une étude récente a constaté que pour environ la moitié des hommes ayant un PSA élevé, les valeurs reviennent à la normale plus tard. Certains experts recommandent devant un PSA élevé une répétition du dosage (entre 6 semaines et 3 mois) avant de prendre toute autre mesure. Le médecin prescrira des antibiotiques évidemment s'il y a infection de la prostate.

Questions fréquentes

Si j'ai un cancer de la prostate, quelles sont les possibilités de traitement ?

Les traitements les plus classiques comprennent la radiothérapie, l'hormonothérapie, et la chirurgie. Pour plus d'information, visitez le site sur le traitement du cancer de la prostate de l'Institut National du Cancer.


Le dosage de PSA détectera-t-il tous les cancers de la prostate ? 

Non. Parfois les cellules cancéreuses ne produisent pas beaucoup de PSA, et le dosage sera négatif même lorsque la maladie est présente.