EXALAB Biologie médicale

Laboratoires de biologie médicale a Bordeaux et en Gironde

Exalab Laboratoires > Patients > Analyses > TSH

TSH


Source : www.labtestsonline.fr

Le dosage mesure la concentration sanguine de thyrotropine (TSH). La TSH est produite par l'hypophyse, un organe endocrinien minuscule situé dans la boite crânienne, sous le cerveau et derrière les sinus. L’hypophyse libère, dans le sang, la TSH dont le rôle est de stimuler la synthèse et la libération des hormones thyroïdiennes, T3 et T4 dans la circulation. Réciproquement, la sécrétion de TSH est inhibée par ces mêmes hormones. A cela s’ajoute, la sécrétion et la libération, par l’hypophyse, de la TRH (thyrotropine releasing hormone) dont le rôle est de stimuler la synthèse et la sécrétion de la TSH par l’hypophyse. La sécrétion de la TRH, comme celle de la TSH est soumise à un contrôle négatif par les hormones thyroïdiennes. Ces mécanismes complexes, impliquant trois glandes endocrines permettent une régulation très fine des concentrations en TRH, en TSH et, surtout, en hormones thyroïdiennes dont les variations doivent rester dans un intervalle bien défini.

But de l'examen 

Cet examen permet  détecter des troubles de la fonction thyroïdienne et surveiller le traitement éventuel d’une hypo- ou d’une hyperthyroïdie. 
Il est nécessaire :
• Chez le nouveau-né dans le cadre du dépistage systématique de l’hypothyroïdie congénitale.
•    Dans tous les cas de suspicion de dysfonctionnement de la thyroïde, glande en forme de papillon située à la base du cou et, normalement, non visible.
•    Pour la surveillance du traitement d’un dysfonctionnement de la glande.

Prélèvement  

L’échantillon de sang est prélevé dans une veine du bras au pli du coude. Pour le dépistage néonatal, une goutte de sang est prélevée par piqûre au talon.
 

Prescription  

Recherche d’un dysfonctionnement thyroïdien devant des symptômes évocateurs.
Les symptômes les plus fréquents de l'hyperthyroïdie sont l’intolérance à la chaleur, la perte de poids, un rythme cardiaque rapide, la nervosité, l'insomnie et l'essoufflement. Les symptômes classiques de l'hypothyroïdie sont la fatigue, la faiblesse, la prise de poids, un ralentissement du rythme cardiaque et une intolérance au froid. Dans les deux cas, peuvent s’ajouter des troubles psychiques variés, dépression le plus souvent. L’infertilité féminine est aussi un signe d’appel pour un bilan thyroïdien qui, par ailleurs, s’impose dans la surveillance de la grossesse.

Evaluation de l’intensité du dysfonctionnement de la thyroïde.
Pour établir ou éliminer l’hypothèse d’un excès (hyperthyroïdie) ou d’un défaut (hypothyroïdie) de sécrétion des hormones thyroïdiennes plusieurs dosages peuvent être réalisés. Le dosage de la TSH est le test de première intention pour évaluer la fonction thyroïdienne. Pour compléter les informations apportées par ce premier dosage, d’autres dosages peuvent être requis. Celui de la T4 libre (T4L) et plus rarement, celui de la T3 libre (T3L) permettent d’évaluer plus précisément l’intensité de l’excès ou du défaut sécrétoire thyroïdien.

Recherche des causes du dysfonctionnement de la thyroïde.
Le dosage simultané de la TSH et des hormones thyroïdiennes circulantes permet de relier le dysfonctionnement thyroïdien à une anomalie de l’hypophyse avec perte du rétro-contrôle de la thyroïde sur l’hypophyse ou sur l’hypothalamus. La recherche d’une origine auto-immune de ce dysfonctionnement associera le dosage d’anticorps dirigés contre la thyroïde. D’autre causes telles que tumeur hypophysaire, hypothyroïdie congénitale, en principe dépistée à la naissance, ou, plus rarement en France, la carence en iode pourront être recherchée par des moyens adaptés.

Surveillance des effets du traitement prescrit.
Les effets de la prescription d’un traitement substitutif par la thyroxine devant un tableau d’hypothyroïdie ou d’un traitement freinateur de la sécrétion thyroïdienne en cas d’hyperthyroïdie seront surveillés, en première intention par le dosage de la TSH. Le fait que la concentration circulante en TSH reste dans les limites des valeurs « normales » c’est-à-dire des valeurs observées chez des personnes en bonne santé de la même classe d’âge montre que le traitement corrige le dysfonctionnement thyroïdien de manière satisfaisante. Un tel résultat du dosage de la TSH incline à l’optimisme, mais doit être complété par les résultats de la consultation auprès du médecin traitant qui peut être amené à ajuster le traitement. Le recours à un médecin endocrinologue peut se justifier devant des difficultés à équilibrer le traitement.
 

Interprétation du résultat 

L’observation d’une concentration élevée en TSH s’explique de manière univoque par la levée de la retro-inhibition exercée par les hormones thyroïdiennes sur la synthèse et la sécrétion de la TSH par l’hypophyse. Cette levée de la rétro-inhibition s’explique de deux manières:
• La concentration circulante en hormones thyroïdiennes est insuffisante. Elle est due à un défaut de synthèse par la thyroïde dont la cause est un trouble de la synthèse hormonale ou, plus simplement, une carence en iode; on parle d’une « hypothyroïdie primaire ». Le dosage de T4L qui montre une concentration faible en hormone, permet de l’affirmer.
•    L’hypophyse ne dispose plus des mécanismes qui permettent aux hormones thyroïdiennes d’exercer leur rétro-contrôle d’où cette élévation anormale de la TSH accompagnée d’une élévation des hormones thyroïdiennes. On peut évoquer alors une tumeur hypophysaire qui survient rarement.
L’observation d’une TSH basse fait évoquer plusieurs origines possibles:
•    Une sécrétion excessive d’hormones thyroïdiennes par la glande. Cette hyperthyroïdie peut être due à une stimulation de la thyroïde par des auto-anticorps stimulants.
•   Une deuxième possibilité est la présence d’un « adénome toxique ». C’est un processus tumoral, le plus souvent non cancéreux qui se traduit par une synthèse « autonome » car non régulée de la synthèse des hormones.
•    Une autre possibilité, extrêmement rare, est observée pendant la grossesse. L’hCG, hormone spécifique de la grossesse a une structure anormale qui lui permet de mimer l’effet de la TSH.

Compléments d’information 

Ce test peut être fait non à jeun.

Questions fréquentes

Comment est traitée l'hyperthyroïdie ?

Il existe trois types de traitement:
• Le premier est réalisé à l’aide d’Anti Thyroïdiens de Synthèse (ATS) administrés par voie orale. Ils provoquent l’arrêt de la production d’hormones thyroïdiennes par la glande thyroïde.
•    Le deuxième est l’ablation chirurgicale de tout ou partie de la glande thyroïde ce qui entraine une diminution concomitante de la production d’hormones.
•    Un traitement par l’iode radioactif qui détruit le tissu thyroïdien,


Comment est traitée l’hypothyroïdie ? 

L'hypothyroïdie est facilement traitée chez la plupart des personnes hypothyroïdiennes par un traitement de substitution: l’administration de thyroxine (T4) de synthèse sous la forme de comprimé.


Un dosage de la TSH peut-il /doit-il être réalisé dans d’autres circonstances ? 

L’hypothyroïdie comme l’hyperthyroïdie ont un impact sur le système nerveux et la sphère génitale. Le dosage de la TSH s’impose en cas de dépression ou d’infertilité. Les conséquences d’une hypothyroïdie sur le développement du fœtus imposent un suivi de la fonction thyroïdienne au cours de la grossesse.